#BlackWomenAtWork : le hashtag qui fait tendance depuis quelques jours.

Quand racisme et sexisme se rencontrent. 

Il y a quelques jours seulement on vivait à la télévision américaine les attaques racistes de Sean Spicer, directeur de la communication et porte-parole à la maison blanche, envers April Ryan, journaliste américaine et correspondante de la maison blanche et celles de Bill O’reilly, présentateur sur FoxNews envers Maxine Waters, femme politique américaine. Attaques, qui selon toute vraisemblance, n’auraient jamais été adressées si les deux concernées étaient des femmes blanches aux yeux bleus.

Ce phénomène qui date de quelques années maintenant s’est amplifié avec la montée sur la scène publique de certaines femmes noires telles que Michelle Obama aux Etats-Unis ou encore Christiane Taubira et Rama Yade en France.

Pendant les huit années où elle a occupé la place de première dame des États-Unis, Michelle Obama a sans cesse été la cible préférée d’attaques racistes : Michelle n’est pas assez féminine ; Michelle n’est pas assez souriante; elle n’est pas assez communicative; elle est effrayante; elle est agressive; nous avons un transsexuel à la maison blanche ; les cheveux de Malia (fille aînée de Michelle) laissés au naturel évoquent l’appartenance à un gang et ne représentent pas la population américaine qui est majoritairement blanche ( euh..la jeune fille est noire!).

Autant d’insultes et d’idioties aussi farfelues les unes que les autres.

En Europe, la situation n’est pas meilleure. La femme politique française Christiane Taubira, ancienne ministre de la Justice,  a été pendant des années l’objet d’insultes racistes violentes ; les réseaux sociaux regorgeaient de phrases telles que : « C’est une sauvage » ;  « À la limite, je préfère la voir dans un arbre (…) que de la voir au gouvernement. » ;  c’est « un singe qui attend sa banane » ; « qu’elle reparte dans sa brousse, les lianes l’attendent » etc. Le magazine « Minute » est même allé jusqu’à titrer la couverture d’une de ces éditions avec les propos suivants : «  maligne comme un singe, Taubira garde la banane » accompagné d’une photo de la Ministre.

Ces attaques répétées font parties du quotidien de toutes les femmes noires dans les sociétés majoritairement blanches.  Sur le lieu de travail, nous retrouvons généralement des propos tels que : « arrêtez de parler ! » « Regardez-moi quand je vous parle! » « Regardez-moi lorsque vous vous adressez à moi ! » « L’expression de votre visage ne me plaît pas ! »  « Est-ce que vous pouvez-arrêter de me regarder de la sorte… »

C’est à se demander ce qu’il faudrait faire: s’entraîner pour avoir une expression neutre chaque matin devant un miroir? Ce qui est complètement absurde ! Et même si nous le faisions, cela représenterait toujours un problème pour certains, qui nous diront que notre expression est indéchiffrable; que nous avons un poker face, et qu’il est quasi impossible d’imaginer ce que nous pensons.

C’est un théâtre qui devient à la longue très fatiguant. Lorsque nous sommes calmes, on nous dit que nous sommes arrogantes. Lorsque nous parlons et exposons nos idées, on nous dit que nous sommes en colère et que nous sapons l’autorité de nos supérieurs. Lorsque nous sommes élégants et avons une apparence soigné, on nous dit que nous nous comportons en diva, que nous ne faisons cela que dans le but de séduire les hommes, que nous passons trop de temps devant le miroir et n’avons de ce fait pas assez de temps pour nous occuper de notre travail. Lorsque nous gardons nos cheveux au naturel, ils deviennent le sujet numéro un de tout l’étage et certains vont même jusqu’à se permettre de les toucher pour savoir quelle texture ils ont. Mais on se croit où ? Au Zoo! Beaucoup le pensent malheureusement et considèrent le Noir/ la femme noire comme un objet, une créature exotique qu’on peut toucher lorsque le besoin se ressent sans lui en demander une quelconque permission. On voit bien là une corrélation avec l’esclavage, où le Noir n’était rien d’autre qu’un animal qu’on devait domestiquer.

Quelque soit son niveau intellectuel et ses accomplissements dans la société, la femme noire est toujours considérée comme un être inférieur ; celle qu’on ne respecte pas ; celle qu’on refuse de mettre au même pied d’égalité que les autres femmes, aussi brillante soit-elle; celle qui doit travailler deux fois plus qu’une femme de race blanche, déjà elle victime de sexisme; celle qui n’est tout simplement pas assez femme.

Mais notez bien ceci, la femme noire est présente et n’ira nulle part, bien au contraire. L’histoire ne pourra plus être cachée. Le 21e siècle nous appartient. Et ce n’est que le début.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.